Barre colorée

Partenaires

logo

Afriscope n°36

logo_grand

Edito : Tous les jours de mai… [1]

Bande-son : « Il commémore et puis après / Qui refera l’histoire au sang de nos destinées / Éveillons ces hommes qui votent les lois / Les amendements une foutaise quand ils nous pointent du doigt / Quoi ! n’a-t-on pas reconstruit la France / Ils sont combien au parlement à renier leurs migrances » /// Commémorations de Blade MC

L’esclavage. Reconnus crime contre l’humanité depuis la loi Taubira de 2001, enseignés dans les programmes scolaires, l’esclavage et ainsi les affres de la traite négrière atlantique - du XVIe au XIXe siècle - sont largement connus. En 2014 pourtant, un maire frontiste  [2] refuse de célébrer les commémorations du 10 mai, qu’il qualifie de « mode » et d’ « autoculpabilisation ». Servant un discours de division et de concurrence des mémoires, ces déclarations illustrent violemment que rien n’est acquis. L’enjeu demeure de ne pas stigmatiser un héritage mais d’assumer une histoire commune. Rappelons que « l’esclavage colonial [est devenu] indispensable à la prospérité de l’Europe, il a accompagné la formation du monde moderne » [3]. Il imprègne nos imaginaires et nos sociétés. Comme le note Édouard Glissant « les mémoires des esclavages ne cherchent (…) pas à raviver les revendications », elles invitent au partage. Longtemps auscultée par le regard des abolitionnistes, cette histoire doit être écrite et transmise à travers ses multiples voix et expressions. Et notamment son ancrage dans notre présent. Prenons en connaissance dans toute sa complexité et postérité, pour « que chacun d’entre nous soit déterminé à allumer le soleil des consciences afin que le monde se porte mieux  », écrit Maryse Condé. Des artistes, avec l’Institut du Tout Monde, interviennent auprès de lycéens pour créer autour des esclavages – passés et contemporains (p. 6). Faire œuvre de mémoire et faire dialoguer les histoires, c’est aussi ce que propose Maboula Soumahoro avec l’événement Africana. Avec l’expo Great black music, découvrez une histoire de la musique noire au XXe siècle à travers le monde, et sa corrélation avec l’histoire des peuplements. Et puis, le joli mois de mai c’est aussi le Labo Ethnik, un tremplin pour les créateurs de mode, notamment afro-caribéens. Sans oublier le rendez-vous des cinéphiles sur la Croisette et notre sélection Afri’festivals. De vraies « armes miraculeuses » [4] !

Anne Bocandé

Sommaire

A la Une :

Débats :

Citoyenneté :

Culture :

Separateur
logo_petit

Une mode actuelle, urbaine, décalée, oxygénante, colorée et innovante !

par Dolorès Bakèla


Yvette Tai-Coquillay est la fondatrice du Labo Ethnik. L’événement est devenu l’un des passages obligés pour les jeunes créateurs, notamment afro-caribéens. Elle a répondu à nos questions sur l’édition 2014, la huitième du genre, qui se tient à Paris du 22 au 25 (...) La suite

logo_petit

"Qu’est-ce qu’être Blanc ? Une couleur ? Ce serait si simple..."

par Anne Bocandé


Reporter, Thierry Leclère s’intéresse depuis des décennies aux minorités en France. Après avoir réalisé le documentaire Les marcheurs, chronique des années beurs, il coordonne un ouvrage qui interpelle : De quelle couleur sont les Blancs ? Afriscope l’a (...) La suite

logo_petit

Mémoires des esclavages aux lycées

par Anglade Amédée


« Tous les jours de mai sont possibles ; nous agissons pour étendre ces réseaux de connaissance de liberté et libérer les imaginaires… », proclamait le poète Edouard Glissant. C’est sur ses empreintes que l’Institut du Tout Monde intervient dans les écoles pour partager la mémoire des esclavages. (...) La suite

logo_petit

Africana célèbre les héros oubliés des années 1980

par Samba Doucouré


Depuis 2012, la chercheuse Maboula Soumahoro organise les journées Africana, inspirées du Black history month, des célébrations annuelles afro-américaines. Rendez-vous du 15 au 17 mai à Paris. La suite

logo_petit

Le carnaval guyanais en toutes saisons

par Kandida MUHURI


La saison des carnavals est déjà derrière nous. Qu’à cela ne tienne ; Que ce soit à Cayenne, à Kourou ou en métropole, la communauté guyanaise se retrouve, dès l’été, pour un carnaval « hors saison ». De quoi patienter joyeusement jusqu’à l’année (...) La suite

logo_petit

Cannes 2014 : le retour de l’Afrique

par Olivier Barlet


Du 14 au 25 mai 2014, la 67e édition du Festival de Cannes agite à la fois cinéma d’auteur et paillettes. Tout le cinéma mondial est là. Quid de l’Afrique et de ses diasporas ? La suite

logo_petit

Mundo Meu de Flavia Coelho

par Julien Le Gros


Brésilienne vivant à Paris, Flavia Coelho y mène une recherche sur son métissage et ses racines africaines. Son deuxième album sort cet été. La suite

logo_petit

Great black music : L’épopée des musiques noires à Paris

par Julien Le Gros


Jusqu’à la fin de l’été la Cité de la musique de Paris célèbre la diversité des musiques noires, avec une exposition inédite sur le fond et la forme : Great black music. La suite

logo_petit

Makeda, des récits en noir et blanc

par Kandida MUHURI


Deux ans que cette globe trotteuse parcourt le monde, son appareil Canon en bandoulière, à la recherche d’histoires de couples mixtes. Rencontre avec Aurore Vinot, artiste photographe indépendante et auteure du projet Makeda. La suite

logo_petit

Hip-hop introspectif

par Anaïs Heluin


Après une année de tournée, le succès de The Roots de Kader Attou ne se dément pas. Le chorégraphe revient dans cette création sur ses vingt ans de hip-hop. La suite

logo_petit

Freestyle brother’s

par Samba Doucouré


Iya et Abou Traoré sont des stars du ballon rond. Mais ce n’est pas sur la pelouse verte, ni entourés de neuf coéquipiers qu’ils excellent. Rencontre sur le bitume de Montmartre et de Châtelet avec ces deux frères d’une vingtaine d’années. La suite

logo_petit

"Le mafé, c’est bon mais ça ne représente pas toute l’Afrique"

par Carole Dieterich


À 38 ans Rougui Dia dirige une équipe d’une quinzaine de personnes au Vraymonde, le restaurant de l’hôtel Buddhabar dans le 8e arrondissement de Paris. Afriscope a rencontré cette grande chef à la voix douce et à la silhouette élancée. La suite

logo_petit

Mets un peu d’Afrique dans ton assiette !

par Lansala Delcielo


La cuisine africaine est une affaire de famille mélangeant cultures et traditions. Nous allons faire pour vous le tour de quelques restaurants pour vous donner l’avis (forcément subjectif !) de la rédaction. La suite

logo_petit

Festivals : Où sont les artistes africains ?

par Caroline Trouillet


Rendez-vous festifs incontournables à l’heure où la musique se vit " en live " plus que dans les bacs, les festivals suscitent toujours l’engouement. mais quelle est la place des artistes africains dans ce paysage ? La suite

logo_petit

Littérairement Foot

par Capitaine Alexandre


En juin 2014, la coupe du monde de football se déroule au Brésil. Marc-Alexandre Oho Bambe vous transporte dans un récit d’anticipation . Un voyage littéraire. Mais pas seulement… La suite

logo_petit

Y’a bon citation !

par Les Indivisibles


Le 21 mars 2014 Jean-Michel Maire et Valérie Benaïm, chroniqueurs de Touche pas à mon poste entrent sur le plateau de l’émission déguisés en « Antillais ». La suite

Notes

[1] Texte de Edouard Glissant. Sous-titre : Manifeste pour l’abolition de tous les esclavages. Mai 2008.

[2] Le maire de Villers-Cotterêts (Aisne), Franck Briffaut.

[3] Françoise Vergès

[4] Aimé Césaire. Les armes miraculeuses. Editions Gallimard. 1946

Separateur

Commentaires (Aucun message Messages de forum)


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)